Interview de Ludovic Roussel

 
 
Interview de Ludovic Roussel :  (par cb le 6/05/2021) 3e saison avec Multriman pour Ludovic Roussel qui progresse et fait le pari de courir en Pro en 2021 pour être en accord avec ses ambitions.
 
Peux tu nous faire un petit retour très rapide sur tes meilleures performances ces 2 dernières saisons?
En 2019, j'ai participé aux mondiaux d'Ironman 70.3 et au 70.3 de Marrakech où j'ai fini 16ème. En 2020 j'ai participé au L du Frenchman de Libourne où j'ai décroché une deuxième place.
 
Comment se passe ton entrainement en ce début d’année 2021?
Ces derniers mois ont été productifs et appliqués. J'ai la chance de pouvoir nager quotidiennement dans d'excellentes conditions et, un récent changement de situation professionnelle m'a permis de me libérer plus de temps et d'énergie pour l'entraînement. Ma pratique est donc plus que jamais portée par le plaisir simple d'être dehors, idéalement avec les copains, et de profiter de la chance que j'ai de pouvoir vivre cette aventure sportive. 
 
Comment envisages-tu la saison en termes d'objectifs avec le Covid qui plane toujours sur nous?
Ayant pu accéder à la catégorie "PRO" je suis enthousiaste et, je dois bien l'avouer, impatient de donner le meilleur de moi-même dans un nouveau contexte compétitif. Mais ce n’est pas un objectif à tous prix et j'aime à dire que si les compétitions sont maintenues il n'y aura que des bonnes surprises ! Je suis avant tout content de me sentir progresser grâce à l’entrainement dans les trois sports.
      
Comment t'organises-tu pour conserver la motivation à t'entraîner sur cette période pleine d'incertitudes? 
L’hiver a été long. L’absence de stage, les conditions météo défavorables et les difficultés organisationnelles pour se rassembler constituaient un nouveau défi. Mon petit défi c’est de rompre à tout prix la monotonie ! Varier les parcours à vélo, les exercices en musculation/à pied et surtout conserver un lien social. Je passe 80% de mon temps à m’entrainer seul et c’est souvent une démarche volontaire de ma part pour rester bien concentré sur mes séances. Cependant, sur les séances plus souples, je prends beaucoup de plaisir à accompagner/être accompagné par les copains.
 
Est ce que l’expérience de l'année 2020 si particulière t’a apporté quelque chose et/ou t’a fait appréhender ta pratique différemment?
Après quelques années la tête dans le guidon, c’était l’occasion de marquer le pas. C’était l’occasion de prendre un peu de recul et de tester de nouvelles choses à l’entrainement et autour. J’en ai par exemple profité pour me faire accompagner sur la préparation mentale. 
N’étant pas patient de nature, le COVID m’a contraint à travailler aussi sur cet aspect de ma personnalité. Grâce aux adaptations proposées par mon entraineur, j’ai quand même pu constater de beaux progrès à mon niveau. Il n’y a peut-être pas eu de compétitions en 2020, mais je n’ai pas du tout vécu cette année comme une saison blanche (ou noire çà dépend des points de vue).
 
Tu es jeune dans la discipline. Quel rapport souhaites tu garder avec la discipline dans le futur et quelles sont tes ambitions long terme?
Progresser encore et toujours! Garder le plaisir de la pratique et continuer de vivre des émotions comme seul le sport peut nous en apporter. Un jour je me lancerai bien sur un Ironman mais je ne suis pas pressé ! Je veux prendre le temps de me développer sans griller les étapes. Sinon partir vivre à la montagne, avoir un four à pain et faire des soirées pizzas avec les potes çà serait cool aussi!
 
Est ce qu’il y a des évolutions au niveau de tes partenaires? Et du matériel que tu vas utiliser?
Beaucoup d’évolutions cette année ! En plus de la reconduite de mon partenariat avec la marque de roues lyonnaise Asterion, j’ai eu la chance de bénéficier de la confiance de l’équipe de Cube France pour mes vélos, de HJC pour mes casques, de Lake pour mes chaussures de vélo et de Cycling Ceramic pour les petits gains à vélo. A pied, j’ai toujours un partenariat avec le magasin Terre de Running Craponne qui me fournit un matériel top de gamme ! J’attends d’autres retours sur la partie nutrition notamment en complément du soutien du magasin Le Panier Bio à Lyon 5. Enfin, j’ai signé mon premier partenariat financier avec la société EM2S qui exerce dans le domaine du transport de déchets nucléaires
Pour la suite et en lien avec mes valeurs sportives et celles du Multriman, je cherche notamment à financer mon engagement annuel dans le programme de lutte anti-dopage QUARTZ…  Si ce projet peut intéresser certain(e)s lecteurs(-ices), je suis très réactif sur le temps de réponse! 
 
Pour terminer petit mot pour tous les triathlètes que te suivent?
Avant tout merci ! Je réponds à tous les messages que je reçois et j’aime échanger sur d’autres centres d’intérêts tels que la lecture ou la cuisine ou encore l’aéronautique.  
 
 
________
 
 
 
Rencontre avec Denis Chevrot avant 70.3 St George et IM Tusla : (par cb le 29/04/2021) L'ironman Tulsa (planifié dès décembre) sera le premier objectif de la saison. Mais le voyage aux US donne aussi l'opportunité, de renouer avec la compétition et de faire un gros effort, 3 semaines avant sur le 70.3 St George. Denis sera donc ce samedi dans l'Utah, au départ de sa première course 2021, en compagnie d'une bonne partie des meilleurs mondiaux du triathlon longue distance....
 
Peux tu nous faire un petit retour très rapide sur tes meilleurs performances ces 2 dernières saisons?
Je pense pouvoir dire que ma plus belle performance de ces deux dernières saisons est d'avoir réussi à monter sur le podium de l'Ironman Floride un peu plus d'un an après que la course se soit terminée... 
En 2020, il y a eu de jolies choses faites à l'entrainement, que ce soit sur le Multrindoor ou sur le PMOCMAN. En 2019, je retiens la régularité sur distance Ironman (3 en Australie, 2 en Suède et donc 3,5 en Floride).
 
Comment s'est passé ton entrainement en ce début d’année 2021?
Il se passe très bien. Je peux m'entrainer comme je le veux dans les trois disciplines et sans restriction. Je tiens à remercier la ville de Saint Etienne et le SEN (Saint Etienne Natation) qui me permettent de nager dans de très bonnes conditions. 
En ce qui concerne la planification des épreuves, j'avais prévu dès le mois de décembre de faire de l'Ironman Tulsa ma première grande échéance de la saison. J'ai eu de la chance, c'est l'une des seules courses sur la distance IM qui n'a pas été déplacée et donc ma préparation n'a pas été pertubée. 
      
Le fait de pouvoir partir aux USA pour enfin renouer avec la compétition avec le 70.3 St George puis l’ironman Tulsa a du être un grand soulagement? 
Je suis effectivement très content de pouvoir recourir. J'ai conscience que voyager aux USA est un privilège en ce moment pour les Européens et je compte bien en profiter et prendre beaucoup plaisir en course. 
En revanche, je ne me sens pas soulagé, si ça n'avait pas été en mai aux USA, ça aurait été plus tard et ailleurs. 
Les compétitions étant peu nombreuses, cela crée un regroupement d’athlètes sur celles qui ont la chance d’être maintenues.
 
Que t'inspire cette densité d’athlète sur tes 2 prochaines courses?
C'est très bien. Cela permettra de voir où les progrès réalisés me situent. 
 
Quels sont tes objectifs sur ces 2 compétitions à venir? 
Nager vite, rouler vite et... courir vite! 
 
Et sur la 2e partie de saison?
Au cours de ma carrière, je ne me suis jamais projeté après mes gros objectifs. Le calendrier dépendant du résultat de ceux-ci. C'est encore plus difficile de le faire maintenant avec cette situation.
 
Le covid te freine un petit peu sur tes meilleures années dans la discipline. Cela pourra-t-il  avoir une influence sur ton investissement dans la pratique? Quelles sont tes ambitions à plus long terme?
Non, cela n'aura pas d'influence sur mon investissement dans la pratique. J'aime m'entrainer, je n'ai pas besoin d'avoir d'objectif de compétition pour le faire et prendre du plaisir dans ma pratique. Et puis je viens seulement d'entamer mes meilleures années :-)
A plus long terme, j'aimerai battre mon record sur Ironman à 43 ans comme mon coach l'a fait! 
 
Est ce qu’il y a des évolutions au niveau de tes partenaires? Et du matériel que tu vas utiliser? 
J'ai toujours la chance d'être soutenu par le groupe Rougeot, Look Cycle, Hoka One One et Kiloutou. A ces fidèles sponsors vient s'ajouter "La Fabrique Eric Millard", une entreprise de tonnellerie. C'est un nom pas inconnu dans le milieu du triathlon, puisque Eric, en plus d'être un membre fondateur et le président du club Rougeot Beaune Triathlon, a quelques participations à Hawaii au compteur. 
En revanche,  depuis fin 2020, je ne suis plus en partenariat avec Compressport. 
Au niveau du matériel, je continue de rouler avec des roues Corima montées avec des pneus Continental et Céramicspeed équipe toujours mes vélos en chaines, roulements et chapes de dérailleurs. Après une saison sans partenaire, je suis content d'être de retour chez Z3r0d pour les combinaisons de natation. 
 
Pour terminer petit mot pour tous les triathlètes que te suivent?
Tout simplement, merci ! 
 
___________
 
 
 
 
Interview de Johan Rodriguez :  (par cb le 26/04/2021) Victime d'un très grave accident en vélo, Johan Rodriguez a bien failli perdre une jambe après avoir été percuté par une voiture dans un rond point. Mais grâce au talent de chirurgiens et surtout une grosse volonté, Johan a pu reprendre une activité sportive progressivement. Il a décidé de confier son entraînement pour tenter de retrouver son meilleur niveau, après ce coup du sort, à Multriman. 
 
Peux tu nous faire un petit retour très rapide sur tes meilleurs performances ces 2 dernières saisons?
L'année 2020 fut compliquée mais en 2019 j'ai évolué sur le circuit D2 avec mon club de Chambéry Triathlon et en fin de saison nous avons été promus en D1. j'ai également effectué quelques tri régionaux ainsi que des tri L.
Comment se passe ton entrainement en ce début d’année 2021?
C'est dans un contexte très singulier que j'ai repris "l'entrainement". En effet le 17 mai 2020, une voiture m'a fauché alors que j'évoluais à vélo. J'ai passé 6 mois en hôpital et centre de rééducation. j'ai d'abord subis diverses opérations, ensuite l'idée était de retrouver une mobilité normale, actuellement, on ne peut pas vraiment parler d'entrainement, mais j’espère pouvoir me guérir et retrouver la compétition. je croise les doigts.
Comment envisages tu la saison en terme d'objectifs avec le Covid qui plane toujours sur nous?
Dans ma position, une saison décalée ne me gêne pas trop. Je pense quand même aux copains qui sont privés de compétition depuis bien trop longtemps maintenant. Pour ma part, j'espère recourir mais je ne saurai pas dire quand. 
      
Comment t'organises-tu pour conserver la motivation à t'entraîner sur cette période pleine d'incertitudes? 
J'estime avoir de la chance, car lorsque je suis sorti du coma, les mots du chirurgien furent simples: "le sport ce sera compliqué". Aujourd'hui j'ai la chance de pouvoir nager, rouler et courir (même si c'est lent). je recommence à avoir une vie presque normale. Je crois très fort en mon retour, même si le chemin reste incertain.
Est ce que l’expérience de l'année 2020 si particulière t’a apporté quelque chose et/ou t’a fait appréhender ta pratique différemment?
Disons que je savoure désormais d'avantage les sorties vélo entre copains et plus généralement je savoure les bons moments du quotidien. 
Tu es jeune dans la discipline. Quel rapport souhaites tu garder avec la discipline dans le futur et quelles sont tes ambitions long terme?
Depuis toujours je suis passionné par le sport et particulièrement le triathlon. J'ai étudié dans ce domaine, j'ai crée mon auto entreprise dans l'entrainement, donc pour le futur je souhaite évidemment continuer à m'épanouir dans ce milieu. Dans la pratique je rêve de redevenir compétitif. J’espère pouvoir être performant sur la distance Ironman un jour. Chaque chose à son temps. 
Est ce qu’il y a des évolutions au niveau de tes partenaires? Et du matériel que tu vas utiliser?
J'ai la chance d'avoir un excellent vélo Felt prêté par mon club de Chambéry triathlon, ainsi que des chaussures Hoka carbon x, également fournies par mon club. Un grand merci à eux. 
Pour terminer petit mot pour tous les triathlètes que te suivent?
A très bientôt j'espère! 
______________ 
 
 
 
 
Interview de Linda Guinoiseau :  (par cb le 11/04/2021) Cela n'est pas une néo Pro et bien qu'ayant obtenu plusieurs podiums à Nice, cela n'a jamais été une triathlète inscrite en Pro. Mais Linda Guinoiseau doit être un exemple pour beaucoup pour ses performances, mais surtout pour ce qu'elle met en place pour parvenir à réaliser celles-ci. 
 

Peux tu nous faire un petit retour très rapide sur tes meilleurs performances ces 2 dernières saisons?

Mes meilleures performances sur les 3 dernières années, je dirais ma 8eme place sur l’Ironman de Nice en 2018, ma 4eme place dans ma catégorie d’âges sur l’ironman d’Hawaii en 2018 et ma victoire sur l’Alpsman en 2019.

 

Comment se passe ton entrainement en ce début d’année 2021?

En ce début d’année 2021, les entraînements se passent bien, j’arrive à m’entraîner à peu près normalement malgré les conditions sanitaires et le couvre feu.

 

Comment envisages tu la saison en terme d'objectifs avec le Covid qui plane toujours sur nous?

Mes objectifs de 2020 ont été transférés en 2021 mais on verra bien si les courses peuvent se dérouler. Vu ce qu’il se passe actuellement, je pense que le 1er semestre va de nouveau être compliqué. Mais je prends du plaisir à m’entraîner et je dirais même que je n’ai pas besoin de courses pour être motivée. J’aime m’entraîner. A la limite, je pense que c’est plus compliqué pour les coachs de faire des entraînements pour garder certains athlètes motivés  😂 mais ce n’est pas mon cas 😁

 

Comment t'organises-tu pour conserver la motivation à t'entraîner sur cette période pleine d'incertitudes?

Faisant du télétravail quasiment à temps complet depuis le mois de décembre, j’ai réaménagé mes entraînements en favorisant les pratiques extérieures le matin ou le midi plutôt que le soir. Donc je n’ai pas de soucis pour garder la motivation 😁

 

Est ce que l’expérience de l'année 2020 si particulière t’a apporté quelque chose et/ou t’a fait appréhender ta pratique différemment?

Non l’année 2020 n’a pas changé grand chose à ma manière de voir les choses. Je dirais même que la suppression des courses m’a quelque peu arrangé car mon papa est décédé de manière brutale au mois de mai donc on a forcément eu pas mal de choses à régler niveau familial. 

 

Tu commences à avoir de l'expérience dans la discipline. Quel rapport souhaites tu garder avec la discipline dans le futur et quelles sont tes ambitions long terme?

Malgré les années qui passent, je continue à aimer m’entraîner. J’aimerais continuer à être performante le plus longtemps possible bien évidement même si le temps ne parlent pas en ma faveur :-(

 

Est ce qu’il y a des évolutions au niveau de tes partenaires? Et du matériel que tu vas utiliser?

Non pas grand chose de nouveau au niveau des partenaires, je continue à m’entraîner avec Christophe Bastie bien sûr, je fais aussi toujours parti du Team KiwamiRacingTeam, toujours licenciée à Issy Triathlon. Par contre j'attends mon nouveau vélo avec impatience :-) les vélocistes ont du mal à se fournir en composants  alors cela retarde les délais de livraison. Merci néanmoins à CrcCycles d’avoir fait le forcing au niveau de ses fournisseurs 😁 il est presque prêt.  D’ici quelques jours il devrait faire son apparition 😁

 

Pour terminer petit mot pour tous les triathlètes que te suivent?

Prenez du plaisir et profitons de la chance que l’on a d’être en bonne santé 😁
 
__________ 

 
 
 
Interview d'Elouan Charnal :  (par cb le 8/04/2021) 
 

Peux tu nous faire un petit retour très rapide sur tes meilleurs performances ces 2 dernières saisons?

 En 2019 : je n’étais pas encore à Multriman, mais j’ai fait 20 aux championnats de France de triathlon (cadet), après pas de « grande » performance... En 2020 : année blanche avec le covid 19, et suite aux blessures. Donc aucune performance à communiquer.

 

Comment se passe ton entrainement en ce début d’année 2021?

Très bien, j’ai retrouvé plus de motivation par rapport à l’année dernière. Je me fais plaisir. Je n’ai pas vraiment testé mes capacités encore mais parce que le contexte de s’y prête pas. J’ai hâte de reprendre les vraies compétitions.

 

Comment envisages tu la saison en terme d'objectifs avec le Covid qui plane toujours sur nous?

Je prendrai les courses qui s’offre à moi, en priorité les Frances jeunes mais je ne m’attends à rien, la course peut aussi bien être annulée comme maintenue.

 

Comment t'organises-tu pour conserver la motivation à t'entraîner sur cette période pleine d'incertitudes?

 J’essaie de m’entrainer souvent en groupe pour prendre plus de plaisir. Sinon rien de plus.

 

Est ce que l’expérience de l'année 2020 si particulière t’a apporté quelque chose et/ou t’a fait appréhender ta pratique différemment?

J’ai eu une baisse de motivation en 2020, c’est pendant cette période que je me suis rendu compte que j’aimais vraiment ce que je faisais et que j’avais de la chance de pouvoir le faire.

 

Tu es jeune dans la discipline. Quel rapport souhaites tu garder avec la discipline dans le futur et quelles sont tes ambitions long terme?

 Je garderai toujours de l’affection pour cette discipline après je ne sais pas quel rapport j’aurai avec plus tard. J’espère pouvoir le pratiquer de manière intensive le plus longtemps possible, et si ma vie me le permet essayer de faire de  «grande performance» a mon échelle.

 

Est ce qu’il y a des évolutions au niveau de tes partenaires? Et du matériel que tu vas utiliser?

 Pour le moment non  pas beaucoup de changement, j’utilise plus de petits accessoires mais rien de plus.

 

Pour terminer petit mot pour tous les triathlètes que te suivent?

 Profitez du sport c’est une chance qu’on a de pouvoir le pratiquer. Et c’est parce qu’on aime ce qu’on fait que l'on peut y arriver.

 
 
 ___________________
 
 
 
 Interview de Paulin Philippe: ''Continuer de faire brûler la flamme de Laurent Vidal" :  (par cb le 3/04/2021) Le jeune Paulin Philippe a rejoint Multriman depuis fin 2020 et Il fait preuve d'une belle motivation pour cumuler entraînement et études. Inspiré par le charismatique et regretté Laurent Vidal au club de Liévin, il s'engage dans un projet très ambitieux dans sa pratique du triathlon...
 

Peux-tu nous faire un retour très rapide sur tes meilleures performances ces 2 dernières saisons?

Sur Half Ironman, il y a deux ans J’ai fini 11e au scratch des championnats de France longue distance et 3dans ma catégorie (20-24ans), et l’année dernière, j’ai fini 12e à ses mêmes championnats et 5e dans cette même catégorie avec un plateau plus relevé. 
Sur distance S, Je participe à toutes les manches de D1 (si elles ne sont pas annulées) avec le triathlon Club de Liévin depuis 4ans. L’année dernière à Quiberon, j’ai effectué mon meilleur résultat où j’ai fini 47e.

 Comment se passe ton entrainement en ce début d’année 2021 ?
Très bien ! Je progresse beaucoup plus que les années précédentes! Je pense que c’est en partie parce que j’ai rejoint Multriman et que donc j’ai une personne qui encadre à la fois la course à pied, le vélo et la natation. Avant, j’avais un coach dans chaque discipline et je faisais moi-même le mixte des séances ce qui aboutissait, parfois, à des grosses périodes de fatigue.

Comment envisages-tu la saison en termes d’objectifs avec le Covid qui plane sur nous ?
Je dirais sensiblement comme celle de l’année dernière, car 2021 risque fortement de ressembler à 2020 en terme de planification de courses. J’espère quand même pouvoir faire les championnats de France longue distance au mois de juin, pour avoir un premier bloc de course(s) et ne pas tout avoir de septembre à octobre. Je vise aussi la qualification aux championnats du monde d’Half Ironman dans ma catégorie d’âge (18-24 ans) qui aura lieu fin octobre. J’avais ce même objectif l’année dernière mais malheureusement la course a été annulée à cause de la crise sanitaire. Sur les manches de D1, j’aimerais me maintenir dans les 50 premiers et pourquoi pas mieux et surtout que mon club gagne enfin le championnat !
D’un point de vue personnel, les courses sont certes un objectif majeur mais je souhaite avant tout progresser le plus possible, découvrir de nouvelles sensations à l’entrainement et être heureux tout simplement!

Comment t’organises-tu pour conserver la motivation à t’entrainer sur cette période pleine d’incertitudes?
Comme je l’ai évoqué précédemment, pour moi la principale source de baisse de motivation pour les athlètes (c’est une supposition, je n’ai pas la prétention d’avoir l’avis universel des athlètes) réside dans les compétitions. C’est pourquoi, cette crise m’a permis de plus me centrer sur moi-même et de trouver des objectifs qui ne dépendent que de moi. Pour ma part, je fais en partie du sport pour progresser et devenir la meilleure version de moi-même et d’autres part je le fais aussi pour transmettre des émotions à ceux qui me soutiennent. Notamment Laurent Vidal, je me suis promis de tout faire pour continuer de faire brûler sa flamme cela me pousse à toujours continuer, peu importe les aléas de la vie. Je pense donc qu’il faut aller chercher au plus profond de soi : pourquoi on pratique ce sport ? et s’attacher à cette raison.

Est-ce que l’expérience de l’année 2020 si particulière t’as apporté quelque chose et/où t’as fait appréhender ta pratique différemment ?
Je viens d’y répondre.. Elle m’a en effet permis d’apprendre beaucoup de choses sur moi-même. Même si j’aurais préféré qu’elle se déroule normalement mais bon on ne peut pas prédire une telle épidémie ! Il faut faire avec et surtout avancer!

Tu es jeune dans la discipline. Quel rapport souhaites-tu garder avec la discipline dans le futur et quelles sont tes ambitions à long terme?
Oui c’est clair je suis encore jeune et j’ai encore pleins de choses à apprendre sur l’entrainement et mon corps pour progresser davantage. Alors en ce moment, je fais, en parallèle de ma pratique du sport de haut niveau, des études d’ingénieur à l’INSA de Rennes. Cela me prend évidemment du temps et de l’énergie. Cela peut être vue comme un frein pour le sport ou pour mes études, mais je le vois plutôt comme un challenge à relever! A la fin de mes études, j’aimerais me consacrer uniquement au sport voir où mon potentiel et mon mental peuvent m’amener car je voudrais devenir sportif professionnel et plus précisément sur le longue distance (je préfère cet effort par rapport à un S). J’aimerais d’abord devenir champion du monde d’Half Ironman dans ma catégorie d’âge et ensuite le devenir en professionnel. Et pour encore plus tard, gagner Hawaï ça doit être incroyable! Je suis conscient que mes objectifs sont élevés et que beaucoup ont les mêmes rêves et que seulement une personne y arrivera. Mais je préfère avoir des objectifs élevés pour plus me surpasser à l’entrainement et augmenter mes chances de réussite, comme le dit un dicton « Il faut toujours viser la Lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles».

Est-ce qu’il y a des évolutions au niveau de tes partenaires ? Et du matériel que tu vas utiliser ?
Alors, je suis toujours en partenariat avec Origine-cycles, une entreprise innovante qui fabrique des vélos à la carte, et je peux vous dire que pour avoir bosser 1 mois chez eux c’est du super travail ! J’utiliserai donc le Axxome RS II pour les D1. Et cette année, j’ai signé un contrat d’ambassadeur chez Kickstart, une entreprise qui vend des produits en rapport avec le triathlon. L’entreprise est jeune et j’espère pouvoir apporter ma pierre à l’édifice ! Sinon je suis ouvert à d’autres propositions si des marques se manifestent!
Pour le matériel, je vais avoir un gros changement sur le longue distance, c’est que je vais (enfin) rouler sur un vélo de chrono cela risque de me faire gagner du temps. Donc une bonne nouvelle!

Pour terminer petit mot pour tous les triathlètes qui te suivent ?
Profitez de faire ce sport magnifique, de découvrir pleins de nouveaux paysages, autres que le mur devant nous quand on fait du home trainer, vu qu’avec la crise sanitaire on a quand même la chance de pratiquer notre sport (sauf pour la natation où c’est plus compliqué), c’est plus difficile pour d’autres sportifs.. Et puis à très vite sur les courses ! Si elles ont lieu, mais ça va le faire!

 
 ______________
 
 
 
 
 Interview du coach :  (par cb le 1/04/2021) 
 
Peux tu nous faire un petit retour très rapide sur tes meilleurs performances ces 2 dernières saisons?
J'ai gagné sur le 70.3 de Stafordshire et sur l'ironman de Floride en 50-54.
 
Comment se passe ton entrainement en ce début d’année 2021?
Ce n'est pas terrible... La situation me pèse et les pépins physiques s'accumulent..

Comment envisages tu la saison en terme d'objectifs avec le Covid qui plane toujours sur nous?
Je sature et je n'envisage pas grand chose de bon pour la suite...

Comment t'organises-tu pour conserver la motivation à t'entraîner sur cette période pleine d'incertitudes? 
La motivation a presque totalement disparue et il m'est devenu très difficile de m'organiser dans cette situation...

Est ce que l’expérience de l'année 2020 si particulière t’a apporté quelque chose et/ou t’a fait appréhender ta pratique différemment?
2020 avait déjà été très fatiguant et frustrant, je peux dire que cela a contribué à un ras le bol général...

Tu n'es plus tout jeune dans la discipline. Quel rapport souhaites tu garder avec la discipline dans le futur et quelles sont tes ambitions long terme?
Je pense passer à autre chose rapidement et pourquoi pas découvrir une autre discipline sur le tard..
 
Est ce qu’il y a des évolutions?
Multriman doit continuer avec un nouveau jeune entraîneur très compétent et plein d'enthousiasme. 

Pour terminer petit mot pour tous les triathlètes que te suivent?
N'oubliez pas de regarder la date de parution de cette interview....
 
 _________
 
 
 
 
Peux tu nous faire un petit retour très rapide sur tes meilleurs performances ces 2 dernières saisons?
Ça va être un retour très rapide puisque je n’ai pas couru l’année dernière pour diverses raisons et pour la saison 2019, ça restera les championnats du monde 70.3 IRONMAN avec une 77eme place au général (9eme 18-24)

Comment se passe ton entrainement en ce début d’année 2021?
Beaucoup mieux que l’année 2020, j’ai repris goût à l’entraînement ! (Merci coach) Le fait qu’on est pas de courses, pour moi, m’empêche de visionner pleinement ma progression (ou régression !) et a eu impacter ma motivation.
J’ai également la chance d’être bien accompagnée pour mes sorties, ça change tout. Le seul petit bémol est que je n’ai pas accès à une piscine près de chez moi... donc je pousse de la fonte 😉

Comment envisages tu la saison en terme d'objectifs avec le Covid qui plane toujours sur nous?
Je vais là où le vent me mènera. Mais il faut rester lucide. Cette saison encore, les courses risquent d’être compliquées donc je préfère me fixer des objectifs individuels pour garder une ligne de conduite et me faire pleinement plaisir.

Comment t'organises-tu pour conserver la motivation à t'entraîner sur cette période pleine d'incertitudes? 
Faire sauter ma zoulette sur une séance n’a pas de prix 🤩 Nan, plus sérieusement. Tant que j’ai du plaisir à l’entraînement, ma motivation est sans faille.

Est ce que l’expérience de l'année 2020 si particulière t’a apporté quelque chose et/ou t’a fait appréhender ta pratique différemment?
Oui, grâce au coach, qui a su m’écouter et me faire prendre conscience des choses importantes, j’ai pu me recentrer (j’ai tendance à être volatile !). Ma vision du sport a également changé, je prends plus de recul sur la performance à proprement parlé et cherche à donner mon maximum avec les moyens à disposition et la forme actuelle.

Tu es jeune dans la discipline. Quel rapport souhaites tu garder avec la discipline dans le futur et quelles sont tes ambitions long terme?
Depuis que j’ai commencé avec le groupe Multriman, mon ambition est de passer professionnelle sur de la longue distance. Mais comme le dit si bien le coach, l’engagement n’est pas encore là. Je suis jeune, encore en étude et soyons clairs, s’assurer un avenir professionnel est quelque chose de primordial à mon sens. Je me laisse encore trois ans pour me chercher et finir mon cursus, avant de pouvoir pleinement consacrer mon temps à la discipline.

Est ce qu’il y a des évolutions au niveau de tes partenaires? Et du matériel que tu vas utiliser?
N’ayant plus aucun partenaire, il n’y a aucun changement a déclaré 😅
Si c’est n’est un changement de club. Je suis heureuse de rejoindre l’équipe du Groupe Triathlon Vesoul Haute-Saône 💙💛💚

Pour terminer petit mot pour tous les triathlètes que te suivent?
« Tendresse et chocolat, j’vous aime put*** »
 
 _________
 
 
 
 
Interview Nathan Grayel: ''Cela me conforte dans mon choix d'avoir continué mes études''  (par cb le 22/03/2021) Nathan Grayel est le 2e de la longue liste des triathlètes Multriman ''Pro'' ou ''Neo Pro'' que nous avons interrogé sur leur pratique dans le contexte actuel. 
 
Nathan, peux tu nous faire un petit retour rapide sur tes meilleures performances ces 2 dernières saisons?
En 2019, j'ai gagné la coupe d'Europe de Kecskemet en Hongrie et j'ai fait 2ème sur la D1 de Muret, transformé en duathlon. Et plus confidentiellement j'ai battu le record interne multriman d'un gros parcours vélo du côté de Sainté et si cela peut faire un record de moins au coach c'est tout bénef !
 
Comment se passe ton entrainement en ce début d’année 2021?
L'hiver et le début d'année ont été compliqués pour moi. J'ai du jongler entre mon stage de fin d'études et les contraintes actuelles pour l'entraînement liées au Covid. Cela n'a pas été de tout repos ! Je me suis donc assez peu entraîné depuis la coupure en octobre dernier. Mais cela va mieux depuis maintenant un gros mois et la fin de mon stage, et je retrouve doucement la forme. J'ai maintenant aussi la chance d'avoir accès à plusieurs piscines donc les conditions d'entrainement sont quasiment revenues à la normale.
 
Comment envisages tu la saison en terme d'objectifs avec le Covid qui plane toujours sur nous?
Je ne fais pas du tout de plan sur la comète, à vrai dire je n'y pense pas du tout pour l'instant. On verra les opportunités de courir qui se présentent!
 
Comment t'organises-tu pour conserver la motivation à t'entraîner sur cette période pleine d'incertitudes? 
Après un hiver difficile, c'est beaucoup plus facile de trouver des sources de satisfaction et donc de motivation. Pour l'instant j'apprécie juste d'avoir plus de temps à consacrer au triathlon et de retrouver petit à petit des sensations. D'ordinaire j'aime déjà beaucoup cette période sans pression où l'on se sent progresser, et je ne suis pas mécontent qu'elle dure un peu plus longtemps cette année. Même si bien sûr on finit par attendre les courses avec impatience !
 
Est ce que l’expérience de l'année 2020 si particulière t’a apporté quelque chose et/ou t’a fait appréhender ta pratique différemment?
Pas vraiment... Mais ça me conforte un peu dans mon choix que j'ai fait d'avoir continué les études à côté. Je repense à toutes ces discussions avec mes copains sport-études à l'INSA où on parlait d'arrêter, de faire autre chose... Et finalement je ne regrette pas de m'être accroché. Surtout quand tu dois te battre pour accéder une heure/semaine à la piscine !!
 
Quels sont tes objectifs compétitifs à plus long terme?
Progresser le plus possible, me faire plaisir le plus possible et encore gagner un maximum de pancartes..
En tout cas, les objectifs compétitifs seront sur du court, D1, coupes d'Europe et/ou du monde.
 
Est ce qu’il y a des évolutions au niveau de tes partenaires? Et du matériel que tu vas utiliser?
Non pas d'évolution : comme l'an passé je courrai pour Triathl'Aix sur les D1, et comme l'ensemble de la team je roulerai sur un Argon en 2021. Et nous serons équipés par les vêtements Gautier pour les tenues. Et je ferai encore partie du team Multriman.
 
Pour terminer petit mot pour tous les triathlètes que te suivent?
Pour ceux qui sont basés proches de Versailles faites moi signe pour partager quelques sorties vélos ! Les sponsors potentiels n'hésitez pas aussi à faire un petit signe 😉
 
 _____________
 
 
 
Arthur Forissier inaugure les interviews Multriman 2021 (par cb le 11/03/2021) En cette période particulière, l'actualité du triathlon reste pauvre... Mais nous avons bon espoir que le triathlon va reprendre sa place. Cela est l'occasion d'interroger tous les triathlètes Multriman ''Pro'' ou ''Neo Pro''! C'est Arthur Forissier, le spécialiste du cross triathlon qui commence....
 
Arthur. Peux tu nous faire un petit retour rapide sur tes meilleures performances ces 2 dernières saisons
L'année 2020 n'a pas vraiment été marquée par une performance digne d'intérêt, mais en 2019, j'ai remporté le Xterra France, ainsi sur les championnats du Monde de Cross Triathlon ITU.
 
Comment se passe ton entraînement en ce début d'année 2021?
Etonnamment bien, j'ai la chance d'avoir accès à un bassin de 50m avec un petit groupe d'entraînement, et même quelqu'un au bord du bassin. Pour le reste j'ai la chance d'avoir suffisamment de  disponibilité en dehors de mes autres activités pour m'entraîner également dans de bonnes conditions. J'apprécie d'avoir une longue période pendant laquelle je peux me consacrer à l'entraînement sans avoir la ''pression'' des courses.
 
Comment envisages-tu la saison en terme d'objectifs avec le Covid qui plane toujours sur nous?
J'envisage très honnêtement, que je n'envisage rien en particulier. Mais je me tiens prêt à envisager le meilleur!
 
Comment t'organises-tu pour conserver la motivation à l'entraînement sur cette période pleine d'incertitudes?
L'entraînement dans sa globalité reste un plaisir. Il y a un équilibre entre ma vis sportive et mes autres vies. Je suis en adéquation entre l'investissement que j'y mets et les bénéfices que j'en retire. Mais ce que je surkiffe c'est les sorties VTT et les séances partagées, et les mousse au chocolat! 
Est-ce que l'expérience de l'année 2020 si particulière t'a apporté quelque chose et/ou fait appréhender ta pratique differement?
Oui bien sûr cela a fait évoluer mon point de vue sur pleins de petit détais, soulevé des questions que je n'avais jamais eu à me poser jusque là. J'ai appris des choses sur moi, mes besoins, mes envies. C'est difficile de tout résumer sans y passer des heures. Globalement, je dirais que je suis sûr de pouvoir être heureux même sans triathlon. Que ma pratique n'a pas de sens si elle n'est pas partagée. Que je recherche toujours de nouveaux défis, et en ce moment c'est le Short Track qui m'occupe l'esprit!
 
Quels sont tes objectifs à plus long terme?
J'aimerais vraiment devenir spécialiste de XTerra Short Track et tout défoncer dans cette discipline! Ou sinon aventurier!!!...
 
Est ce qu'il y a des évolutions au niveau de tes partenaires? Et du matériel que tu vas utiliser?
Oui beaucoup. Je me suis tourné vers du matériel made in France autant que possible. Je roule donc sur les vélos Velcan. Ce sont actuellement les seuls à avoir leur moules et l'ensemble de la fabrication des leurs cadres VTT carbone en France. Et je me suis associé à d'autres marques comme BV Sport (made in St-Etienne), Terre de Running St-Etienne, Mako Sport, Asterion pour des roues faites à Lyon, Michelin pour les pneus et j'ai la chance d'être suivi et soutenu par la ville de St Etienne et le Département de la Loire.
 
Pour terminer un petit mot pour tous les triathlètes qui te suivent?
Une question plutôt.... Selon vous comment dois-je annoncer à Christophe que j'ai envie d'essayer le BMX pour progresser en sauts à VTT?!!.. 

Multriman Partenaires

partenaire
Multriman - 23 bis Chemin de la Chabure 42400 Saint Chamond - Tél. 06 64 29 29 00 - cbastie@multriman.com
Multitex, développement internet